Il voulait

Fragments, Micronouvelles, Nouvelles

Micronouvelle 

Temps de lecture estimé : 1 minute

Il voulait écrire un roman. Quelle drôle d’idée. Il voulait écrire une nouvelle, tout cela lui est passé. Il voulait écrire un poème, mais il s’est envolé. Il voulait s’allonger dans l’herbe et ne plus y penser. Il y est arrivé, son téléphone a vibré et il a regardé, le reflet dans son écran. Il n’y avait rien, pas de visage, pas d’orage, sinon la foudre brisée qui morcelait son âme. La rage de ne rien faire et de payer pour cela, en allant chaque jour surfer dans le néant. Tout cela c’était maintenant et il attendait là, consterné par lui-même, de ne pas savoir saisir, le bonheur opportun des songes indécis.

Il respire

Contes, Micronouvelles

Micronouvelle / Conte. 

Temps de lecture estimé : 2 à 5 minutes

Un homme entre dans une grotte. Tout est lumière. Les parois se meuvent à chaque mouvement de son corps. Il respire. Il respire vraiment. Il n’avait jamais su ce qu’était la respiration. Certes depuis sa naissance il inspirait puis expirait afin de permettre l’échange gazeux et ainsi renouveler l’air contenu dans ses poumons. C’est une belle mécanique, admirable, que d’actionner quelques muscles et de voir un corps qui fonctionne. De voir la mort en négatif, troublée jusqu’à nouvel ordre…

Mais cette fois-ci, tout est différent. Il respire pour la première fois. Ce n’est pas désagréable. Plutôt intrigant. À mesure qu’il laisse pénétrer l’air, il ressent comme un profond bien-être, du moins c’est une sensation nouvelle que des mots ne peuvent pas décrire. Il tombe indéfiniment sans jamais toucher l’objet qui l’attire. Comme les astres.

Quand il ouvre les yeux, on le trouve sur la cime d’une montagne. Il suffoque. L’air  le submerge. Il ne sait pas respirer et pourtant il le fait. Il y a tout autour de lui, l’univers concentré dans un écrin de vide. C’est terriblement beau de voir cet espace vierge que l’on ne peut pas combler. Il pourrait y dessiner avec des gestes, des formes abstraites que deux yeux sauraient voir. Il s’y refuse. On dirait qu’il se débat. Il a peur de respirer.

On lui montre le ciel qui est occupé à ne rien faire. Des corps blancs éthérés flottent sur son horizon. Il apprend à voir. Il regarde en fermant les yeux.

Il ne sait rien, il a tout à apprendre. Il entend la coupe se remplir et il ne peut rien y faire. C’est à ce moment précis qu’il comprend. Il s’arrête dans le creux qui entoure sa poitrine et y fait de la place pour deux. Ils respirent.