Il voulait

Fragments, Micronouvelles, Nouvelles

Micronouvelle 

Temps de lecture estimé : 1 minute

Il voulait écrire un roman. Quelle drôle d’idée. Il voulait écrire une nouvelle, tout cela lui est passé. Il voulait écrire un poème, mais il s’est envolé. Il voulait s’allonger dans l’herbe et ne plus y penser. Il y est arrivé, son téléphone a vibré et il a regardé, le reflet dans son écran. Il n’y avait rien, pas de visage, pas d’orage, sinon la foudre brisée qui morcelait son âme. La rage de ne rien faire et de payer pour cela, en allant chaque jour surfer dans le néant. Tout cela c’était maintenant et il attendait là, consterné par lui-même, de ne pas savoir saisir, le bonheur opportun des songes indécis.

Insomnie

Fragments

Le battement des spasmes de ton corps. Je me creuse comme une dune sous le vent, tu te poses à l’ombre de mon ventre. Je souffle. Tu murmures. C’est une mélodie pour les insomnies, une page sous la main que je caresse, le son du papier sur mes doigts. De l’encre sous les ongles, j’efface. Inspiration nocturne, je gratte. Contenus numériques infinis, je regarde. La rue s’anime de mes pairs, j’écoute. Une bouche sur ta nuque, je désire. Le ciel se cache, j’attends. Souvenir brumeux, j’écris. J’attends le jour pour dormir.

Journée perdue

Fragments

Face inquiétante des journées sans envergure. Les racines s’enlacent dans les confins de l’âme. Nouveauté sinon rien, cerveau vierge, libre de toutes conceptions, livré à lui-même, dans le trou noir, plus de temps, plus d’espace, mais matière invisible, lumière évanescente, conscience du vide et plaine des consciences, feu irradiant l’absolu du néant, sans envergure, enveloppe la lassitude et en fait une torche, un foyer apaisant.

La nuit achève l’obsolescence du jour et chargée de tourments, d’obsessions, de regrets et   de convictions, ébranle le poète dans sa certitude, le confronte à son insignifiance, son existence précaire, sa trace fugace et ses mots fugitifs, qu’il jette comme des pierres sur la surface d’un lac (gelé).