Contre

Fragments

Je suis contre. En opposition. Mais je suis aussi contre, tout contre nous. Je soutiens des murs qui devraient s’effondrer. Je suis contre, je supporte, avec mon dos, mes mains, ma nuque et ma tête.

Je suis contre. Je détruis des murs, je brise des barrières, blotti avec les autres. Nous avançons contre. C’est-à-dire ensemble.

Je contre, je m’oppose, je renvoie. Mon corps se tend et plonge vers le ciel. Mon saut me porte, je suis suspendu, je dis non.

À ton encontre, je suis venu, épuisé. J’ai lutté, j’ai entendu la pluie, j’ai vu ta main dans mes cheveux, tout contre toi…

De petites choses

Fragments

De petites choses irritent ma tête, mes pensées stagnent, irriguent mon être. Mon corps convulse comme une étoile, devenue trop dense. Et moi je danse avec moi-même dans mon égo. Et moi je danse avec moi-même dans un étau. J’ai ton regard dans l’horizon mais tout derrière la nuit s’annonce. J’ai ton regard c’est tout ce qu’il faut, je n’ai pas besoin de réponses.

Il tient le soleil entre ses mains

Fragments

Elle passe comme un fantôme au milieu de la foule. Il tient le soleil entre ses mains. Elle passe comme un fantôme au milieu de la foule et il réchauffe son corps simplement en lui montrant ses paumes. Elle ne sait pas comment lui dire. Comment lui dire qu’elle est invisible ? Comment lui dire qu’elle sent dans son ventre parfois, le vide de tous les précipices ? Il lui tend simplement ses paumes et le soleil réchauffe leur corps. Mais il absorbe le vide, il l’absorbe et maintenant c’est lui qui disparaît. Il se sent impuissant alors il ouvre les paumes plus largement, il écarte ses doigts et pause les mains sur son ventre. Cela lui suffit à elle mais pas à lui, lui il disparaît dans le néant et il l’avale comme un fleuve avalerait l’océan. Elle a les yeux fermés, elle pense qu’il est encore là, avec ses paumes tendues et le soleil qui lui brûle les mains. Lui, se débat dans tous les précipices mais il n’y a rien à affronter là-bas. Il est seul, seul dans la nuit, avec la lune qui l’ignore. Alors il montre ses paumes au ciel et gèle à l’intérieur. C’est le silence.

Référencement

Fragments

Des rêves en héritage que nous pourrons offrir

Sur un plateau brisé, par les mains de l’avare.

Le miroir comme un songe qui reflète ton sourire,

S’éparpille à mes pieds, il est déjà trop tard.

Les mots sont à vendre et s’achètent par paquet

Langage référencé, enchaîné à la barre,

Outils analytiques pour vendre de la pensée,

Dévidant sa substance qui croupit dans la marre.

Si tout est à vendre, plus rien n’est à rêver,

Les songes mis en boîte, au rayon du néant,

Au service des égos errant dans les abcès,

Du réseau infini des décommunicants.