Under the Silver Lake

Dédales conspirationnistes, schémas hitchkokiens, farces structurelles, postures scénaristiques. Cinéma référentiel, parodie des références, référents sacralisés, Los Angeles déchante. A la recherche des merveilles, tout contre la réalité, sous les couches du réel, des tunnels sous la ville. Deux mains au piano agitent le monde, génèrent la rébellion programmée, un copyright gravé sur la contre-culture, la […]

Lire la suite Under the Silver Lake

Cinéma (III)

Quand les astres s’alignent, ils contemplent le miracle, l’injonction céleste des forces en mouvement. Ils pensent percer – dans un fragment de temps – les lois de l’univers ; le spleen de l’évidence, la prophétie du rien, la fin des certitudes.  Puis les corps se délient et reprennent leur chemin initial, en espérant un jour […]

Lire la suite Cinéma (III)

Cinéma (II)

Tout autour, le repos. Le silence est un vent tiède qui s’infiltre dans les pensées à la dérive. Les souvenirs deviennent odeurs, les odeurs deviennent présent, instant absolu, continuité figée, immersion totale déconnectée. Les corps deviennent douceur, formes sensuelles en apesanteur, courbes entrelacées dans le vide étoilé (Under The Skin).

Lire la suite Cinéma (II)

24 fps

Je veux vivre 24 fois par seconde, à la lumière mordante du soleil, plaqué sur une toile tendue ; un écran large et aussi vaste que les plans de mes (men)songes. Ainsi je serai vérité, réalité, rayon diffracté s’écrasant en profondeur et reflétant dans l’obscurité, la solitude de l’expérience collective.

Lire la suite 24 fps

Festival de Cannes

Ritualisation des rapports de domination au sein d’un microcosme éphémère destiné à célébrer un art qui se veut accessible. La couleur du badge marquant symboliquement la place de l’individu dans la hiérarchie du festival ainsi que sa capacité intrinsèque à intégrer un groupe de pairs au sein d’une zone délimitée dans l’espace, de préférence en marge, afin […]

Lire la suite Festival de Cannes

Cinéma (I)

Jouons : les titres des films sont à surligner dans les parenthèses. C’est plus drôle si vous devinez vous-mêmes.   Ton visage sur le miens et entre deux une vitre. Cicatrice intérieure, traversée du désert : « je préfère l’amnésie » (Paris, Texas). *** Dans la fumée électrique, deux ombres sous la pluie (Blade Runner). *** L’os […]

Lire la suite Cinéma (I)