« Reine ton grand château brûle ».

Reine ton grand château brûle. Par-delà les flammes qui caressent ton visage, je vois des larmes rouler sur tes joues empourprées. Tu gouvernes désormais sur la cendre virevoltante et la sécheresse singulière de tes espoirs brisés.

La grandeur qui jadis t’enveloppait de ses songes, a fui l’horizon et ne reviendra plus. Debout dans les décombres, le vent sèche ta peau moite et emporte la poussière qui glisse sur tes cheveux. Le désert s’ouvre à toi comme un nouveau royaume et tu irrigues les plaines à mesure que tu pleures.

Entre les murs sans fin, barricades de ton âme, tu te souviens de l’or qui excitait tes doigts, des mets affriolants qui ravissaient ta bouche, de la chaleur lénifiante du confort intérieur et tu souffres désormais comme un chien sans son maître.

Mais regarde derrière les gravas amoncelés, là où s’ouvrent les chemins tortueux de l’imprévisible, regarde bien, car c’est là que tu vas, nue et sans guide, délestée de tous les protocoles, offerte au monde comme une promesse dans la nuit…

…Une promesse que le jour saura tenir pour réchauffer ton coeur. Plus rien ne t’appartient, ni chevaux ni esclaves, ni destin tout tracé, plus de guerres à gagner, de complots à mener, te voilà livrée à la beauté éclatante de l’incertitude.

Tes pieds nus connaîtront la terre ferme, loin de ta tour nébuleuse où le monde semble si petit et tu découvriras bien vite que c’est peut-être « au-dessus du gouffre du plus rien que tout devient possible ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s